Interior Image

Projet Anti-Pauvreté

 
 

Repenser la pauvreté...

Le projet Anti-pauvreté de la Coalition a été lancé en 2000 afin d'assurer que les communautés de pauvres auraient l'occasion d'exprimer leurs préoccupations et d'identifier les enjeux locaux dans le but d'influencer le changement dans les politiques publiques.

D'emblée, les objectifs du projet de lutte contre la pauvreté ont inclus des personnes à faible revenu en leur donnant le droit d’avoir une voix aux questions qui les concernent, l'amélioration de la capacité communautaire pour résoudre les problèmes, et l'augmentation de la défense des droits des personnes à faible revenu pour apporter les améliorations aux niveaux d'exécution des politiques et des programmes.
 

Le bon marché à Michele Heights

Good Food Market 5.jpg 

 

Le Groupe de travail sur la pauvreté et la faim

 Qui sommes-nous?

Le Groupe de travail sur la pauvreté et la faim est une initiative de la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires. En 2011, elle a approuvé le Projet anti-pauvreté pour insister sur la sécurité alimentaire et ses effets sur les pauvres. Pour mieux s’attaquer au problème de la pauvreté et de la faim, les responsables du Projet ont constitué un groupe de travail à partir de partenaires de toute la ville. Des conversations personnelles, de petites réunions et de grandes consultations ont mené à la formation d’un groupe  de représentants d’organisations et de membres de la collectivité. Ces partenaires se réunissent maintenant régulièrement au sein d’un Groupe de travail spécialement afin de  créer des actions tangibles axées sur la pauvreté et la sécurité alimentaire permettant de mieux accéder à des aliments sains, abordables et culturellement appropriés. Nous nous concentrons sur des projets concrets et mesurables qui aideront les membres de la collectivité à prendre l’initiative d’améliorer leur santé.

Le Groupe de travail sur la pauvreté et la faim

Le Groupe compte des représentants du Projet anti-pauvreté des Centres de santé et de ressources communautaires, d’Alimentation juste, de la Ville d’Ottawa, de La boîte verte, de Logement communautaire d’Ottawa, du Conseil de planification sociale, du Comité consultatif sur les questions liées à la pauvreté, du Réseau pour la réduction de la pauvreté d’Ottawa, du Groupe d’action francophone communautaire ainsi que des membres de la collectivité.

Nous pouvons tous participer

Solidarity pic.jpg

Tendances Anti-Pauvreté

La concrétisation d’un rêve

L’histoire du MarchéMobile d’Ottawa

MM1.jpg

Il y a trois ans, le Groupe de travail sur la pauvreté et la faim avait l’ambition de créer un marché mobile qui offrirait des aliments sains, abordables et adaptés à la réalité culturelle dans les quartiers d’Ottawa. Cela semblait tout à fait utopique à l’époque. En fait, beaucoup pensaient que c’était pure folie. 

Mais ce rêve est devenu réalité l’été dernier : avec l’aide de Santé publique Ottawa, le Groupe de travail a obtenu un autobus de 40 pieds d’OC Transpo pour mener un projet pilote de 21 semaines. Munis d’étagères de contreplaqué, d’affiches de prix plastifiées artisanales, de divers paniers et caisses, et de centaines de livres de fruits et légumes de grande qualité à prix abordable, nous avons pris la route le 26 juillet.

Cette épicerie roulante est devenue le MarchéMobile. Tous les samedis, de juillet à décembre 2014, le MarchéMobile s’est rendu dans quatre collectivités (deux par jour). À la surprise générale, nous avons vendu une quantité astronomique de fruits et légumes, dont 1 418 lb de bananes, 722 lb de carottes et 1 371 mangues! Les ventes se sont chiffrées à 21 685 $ (valeur au détail de 30 359 $) dans des quartiers où l’accès à des aliments sains à prix abordable aurait été difficile autrement.

MM2.jpg

Mais ce projet pilote nous a aussi appris que le MarchéMobile, c’est plus que des aliments : c’est une façon de provoquer le changement et l’engagement au sein de la collectivité. Des bénévoles de partout à Ottawa ont consacré plus de 1 000 heures à ce projet pilote, et les collectivités ont commencé, de leur côté, à tenir des activités comme des barbecues et des programmes de cuisine communautaire pendant les visites du MarchéMobile. C’est en quelque sorte devenu un moyen important de mettre les résidents d’Ottawa en lien avec les ressources communautaires et entre eux.

Aujourd’hui, grâce à la subvention Renouveau de la Fondation communautaire d’Ottawa et au soutien du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, le MarchéMobile est actif deux jours par semaine, dessert quatre quartiers supplémentaires, a embauché un coordonnateur à temps plein et fonctionne à longueur d’année grâce à un camion et à une remorque spécialement aménagée.

Les fruits et légumes sont choisis en fonction des besoins et des préférences culturelles des résidents, achetés en grandes quantités et vendus au prix coûtant. Chaque semaine, le MarchéMobile offre plus de 30 produits, choisis d’après les demandes des personnes visitées. En collaboration avec Loblaws et Cibo Food, un grossiste local, le MarchéMobile peut tirer profit du pouvoir d’achat d’un grossiste pour offrir des fruits et légumes à des prix imbattables. En moyenne, les prix sont 40 % plus bas que dans les épiceries.

MM3.jpg

Le Groupe de travail continue d’assurer la gestion du projet, en collaboration avec de nombreux partenaires publics, privés et communautaires, notamment le Centre de ressources communautaires Rideau-Rockcliffe, Santé publique Ottawa, la Société de logement communautaire d’Ottawa, Loblaws, Cibo Food, la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires d’Ottawa, le Réseau de réduction de la pauvreté d’Ottawa, le Cadre de développement communautaire et d’innombrables membres de la collectivité engagés et passionnés.

MM4.jpg

Le MarchéMobile a fait l’objet d’une couverture importante dans les médias et suscité l’intérêt d’organismes et d’administrations partout au pays, sensibilisant la population à l’insécurité alimentaire tout en inspirant des articles positifs dans les journaux locaux. Et nous sommes particulièrement contents d’aider la Ville de Halifax et les Services de la santé publique de la Nouvelle-Écosse à établir un service semblable à Halifax!

Nous souhaitons éventuellement inclure des activités lucratives à ce modèle. Nous espérons en effet que le MarchéMobile dépende moins de ses sources de financement tout en servant plus de collectivités, de sorte que tous les résidents d’Ottawa aient un accès équitable à des aliments sains, abordables et adaptés à la réalité culturelle.

Avez-vous l’intention de vous rendre bientôt à Ottawa? Peu importe vos revenus ou votre lieu de résidence, sachez que le MarchéMobile est ouvert à tous. Pour de plus amples renseignements sur le MarchéMobile ou pour vérifier s’il sera déployé dans une collectivité près de chez vous, consultez www.marketmobileottawa.ca.

Nos réalisations en 2012

Notre premier projet a été celui des bons marchés. Il s’agit de marchés communautaires qui vendent divers aliments sains au prix coûtant. Ils apportent des produits sains aux quartiers qui, sans cela, ne pourraient se les procurer, et où les marchés de ferme ne sont pas viables car les ventes sont trop faibles pour couvrir les coûts.

Le Groupe de travail a organisé quatre marchés pilotes cet été, notamment dans les quartiers à logements sociaux servis par le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable, le CSC Somerset ouest, le CSC Pinecrest-Queensway et le Jardin communautaire Nanny Goat Hill. Chaque emplacement s’est engagé à accueillir deux marchés pilotes pour l’été. En plus des stands d’aliments, nous avons organisé diverses activités communautaires comme de la musique, des activités pour enfants, des jeux, des prix et de l’information sur les aliments.

Le bon marché à Nanny Goat Hill et à Côte-de-Sable

 Good Food Market 3.jpgGood Food Market 4.jpg

Le bon marché s’est aussi associé au Collaborative Food Buying Pantry (CFBP) du Conseil de planification sociale. Le CFBP est un modèle de soutien coopératif où des personnes à faible revenu établissent des collectifs ou des clubs d’achat d’aliments. Il a participé à chaque bon marché en vendant des articles de ses propres réserves d’achat en vrac. Ainsi les bons marchés ont pu offrir aux collectivités l’occasion d’acheter à peu de frais des aliments secs comme des haricots, du riz, des noix, de la farine et des légumineuses. Non seulement les bons marchés permettent-ils d’acheter des aliments frais mais, grâce à ce précieux partenariat, ils donnent aussi l’occasion de se procurer beaucoup de protéines et d’aliments culturels très nécessaires.

Pour nous assurer que nos marchés répondaient aux besoins de notre collectivité, nous avons effectué une évaluation détaillée de notre Projet Le bon marché, ainsi que des sondages communautaires à chaque emplacement. Sans exception, les commentaires ont été très positifs. La collectivité estimait que le projet :

  • améliorait l’accès à des aliments sains, abordables et culturellement appropriés parce que les marchés étaient situés près des domiciles;
  • permettait d’économiser de l’argent sur la nourriture;
  • ferait manger plus de fruits et légumes et aiderait les gens à se sentir en meilleure santé.

Quatre-vingt-six pour cent des répondants étaient très satisfaits des bons marchés et souhaitaient en voir dans leurs collectivités au moins une fois par semaine.

La communauté a exceptionnellement bien accueilli le projet pilote Le bon marché et les commentaires recueillis démontrent le désir d’en aménager en permanence dans leur localité.

Des enquêtes menées dans les hauteurs de Rochester et Nanny Goat Hill bonne marchés

Survey 1-Rochester Heights.jpgSurvey 2- Nanny Goat hill.jpg

Prochaines étapes - Défense des droits

Le Groupe de travail reconnaît sa responsabilité de prendre et de soutenir des initiatives de défense des droits prônant des changements de politiques et de systèmes en vue de favoriser l’accès des pauvres à des aliments sains et abordables.

Résultats de l'enquête montrant les impacts de la bonne marchés

Survey Results 1.JPG

 

Le Conseil de politiques alimentaires d’Ottawa

Le Groupe de travail appuiera les initiatives de politiques et de défense des droits entreprises grâce au nouveau Conseil de politiques alimentaires d’Ottawa, à travers la participation des membres au Conseil. 

Groupe de travail sur la sécurité alimentaire, Cadre de développement communautaire (CDC)

Le Groupe de travail sur la pauvreté et la faim collaborera avec le Groupe de travail sur la sécurité alimentaire, Cadre de développement communautaire pour déceler les obstacles et formuler des recommandations  au comité directeur sur les systèmes et les obstacles systémiques à la sécurité alimentaire. Il continuera à donner des conseils à la table de comité directeur quand on créera un plan d’action sur la sécurité alimentaire et le développement communautaire.

Prochaines étapes, accès à l’alimentation

 

Expansion du projet Le bon marché

Grâce au travail du sous-comité du Projet Le bon marché, le Groupe de travail insistera maintenant sur les moyens de faire passer le projet de la phase pilote à une application durable sous forme de marchés communautaires et, en même temps, de faire participer d’autres partenaires. Nous comptons poursuivre les bons marchés au printemps de 2013 en ajoutant deux autres emplacements – le Centre de ressources communautaires Rideau-Rockcliffe et le Centre de santé communautaire Nepean sud «en partenariat avec le Centre de ressources communautaires Nepean, Rideau, Osgoode» — pour porter le total à six. Chaque emplacement accueillera de trois à six marchés. Nous avons hâte de travailler avec plus de collectivités, d’établir plus de partenariats et de continuer à viser la durabilité du Projet Le bon marché.

 Résultats de l'enquête montrant l'accessibilité alimentaire

Survey Results 2.JPG

 

Marchés alimentaires mobiles

Sur le même thème de l’accès à la nourriture, le prochain projet du Groupe de travail consiste à élaborer et à mettre en application un autobus-épicerie mobile. Il s’agit d’un autobus ou d’une remorque remanié(e) pour apporter des fruits et légumes frais à des quartiers qui n’auraient normalement pas accès à ces aliments. Bien que les bons marchés aient pu accroître l’accès à des aliments sains, abordables et culturellement appropriés, nous reconnaissons que les quartiers n’ont pas tous la capacité d’organiser et de mettre en œuvre un bon marché.  Par conséquent, le Groupe de travail insistera dorénavant sur l’établissement de nouveaux partenariats et sur la collaboration entre secteurs pour jeter les bases d’un autobus-épicerie mobile à l’intention des résidents d’Ottawa.

Un marché alimentaire mobile

Mobile Food Market.jpg

 

Projet Anti-Pauvreté: 2007-2011

Le Réseau de la Coalition des Promoteurs Communautaires a joué un rôle important dans la réalisation de ces objectifs grâce à leur engagement avec les groupes et quartiers communautaires qui cherchent des occasions pour identifier et aborder les problèmes de pauvreté qui les affectent.

En 2007, la Coalition a organisé un forum sur la pauvreté intitulé «Repenser la pauvreté». Son but était d'assurer un engagement continu de la communauté à l'élimination de la pauvreté. Sur la base des recommandations de ce forum, la Coalition avec la communauté s’est reconsacrée au fait de préconiser la défense des améliorations dans les domaines du revenu et de l'emploi, le logement, la sensibilisation sur la pauvreté et le plaidoyer mené par la communauté.

En 2010, la Coalition a organisé «Repenser la pauvreté II: Perspectives des immigrants». Sur la base des résultats de ce forum, la Coalition a avancé pour s'assurer que les immigrants et les nouveaux arrivants étaient engagés dans les solutions contre la pauvreté.

En 2011, la Coalition a entrepris un examen du projet de lutte contre la pauvreté à travers un processus de consultation avec les principales parties prenantes, notamment les partenaires organisationnels et les groupes de lutte contre la pauvreté. Sur la base des conclusions de cet examen, la Coalition a mis l'accent sur un meilleur accès à des aliments nutritifs et abordables pour les personnes à faible revenu. Les premiers succès incluent le soutien à un achat d'aliments en collaboration collective et la création de Marchés de Bons Alimentaires dans les quartiers touchés par la pauvreté. Les futures activités comprennent l'élaboration et la mise en œuvre d'un service de transport pour atténuer les obstacles pour les personnes à faible revenu résidant dans les «déserts» alimentaires d'Ottawa.